Pourquoi les couples ont plus de risques de divorcer s’ils ont une fille ?

Anaïs Guillon
·1 min de lecture

Selon des chercheurs américains et australiens, les parents de filles sont plus susceptibles de rompre que ceux qui ont des fils, car le couple se disputerait davantage sur l’éducation d’une adolescente. Un constat décrypté par deux psys. 

« Les disputes dans un couple concernent la plupart du temps : l’argent, la famille de l’autre et l’éducation des enfants », énonce Christine Barois, psychiatre. Des tensions qui peuvent, parfois, mener au divorce. S’agissant de l’éducation des enfants comme facteur de rupture, une étude publiée dans la revue « The Economic journal », relayée par « Madame Figaro », révèle que les parents de filles seraient davantage susceptibles de divorcer, que ceux qui ont des fils. Une affirmation analysée par Christine Barois et Aline Nativel Id Hammou, psychologue clinicienne. 

Lire aussi >> TikTok : une jeune génération s’oppose à la masculinité toxique

L'illustration des stéréotypes de genre 

Selon les auteurs de l'étude, le fait d’avoir une fille plutôt qu’un fils augmente la probabilité de divorcer de 5% aux Pays-Bas, lorsque cette dernière a entre 13 et 18 ans. Lorsqu’elle atteint l’âge de 15 ans, ce risque monte à 9%. Outre-Atlantique, les deux chercheurs américains et australiens ont constaté que cette probabilité doublait. Pour l’économiste Jan Kabatek, ces résultats s’expliqueraient par le fait que « les parents se disputent davantage sur la façon d’élever des filles adolescentes que sur celle d’élever des garçons ».  

« Ce que j’observe dans mon cabinet dans les enjeux parentaux face à la thématique adolescente, c’est que les parents ont plus d’angoisse par rapport aux filles qu’aux garçons sur toute...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi