Pourquoi la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé est une avancée majeure

C'est historique : la déconjugalisation de l'allocation adulte handicapé a été votée à l'unanimité à l'Assemblée nationale dans la nuit du 20 au 21 juillet. Et ce n'est pas trop tôt. Car cette nouvelle mesure était l'une des promesses du nouveau quinquennat Macron. Associations et personnes concernées appelaient depuis des années à sa concrétisation, mais cette mesure avait été rejetée à de nombreuses reprises par les députés de la majorité. Durant sa campagne présidentielle 2022, Emmanuel Macron s'était dit favorable à la déconjugalisation de l'Allocation adulte handicapé, annonçant le 15 avril dernier sur Franceinfo : "On va bouger", sans pour autant détailler de calendrier.

Pour rappel, les personnes handicapées dont le conjoint ou le conjointe gagnent plus de 1 020 euros net par mois bénéficient d'une allocation de 903 euros maximum. Mais pour cela, le conjoint ou la conjointe ne doit pas gagner plus de 1 625,40 euros par mois.

Par-delà ce critère restrictif, personnes concernées et associations voient là une forme de dépendance au conjoint ou à la conjointe. D'où le besoin exprimé de "déconjugalisation".

"Un énorme soulagement"

Suite à ce vote à l'Assemblée, on sait désormais que la déconjugalisation de l'Allocation adulte handicapé entrera en vigueur le 1er octobre 2023, a précisé le porte-parole du gouvernement Olivier Véran sur franceinfo.

A l'unisson, les personnes concernées et associations ont salué cette avancée. "C'est...

Lire la suite


À lire aussi

Pourquoi le rejet de la "déconjugalisation" de l'Allocation adulte handicapé est un problème
Pourquoi regarder "Handigang", le téléfilm TF1 qui traite (enfin) du handicap
Pourquoi lire "Préparez-vous pour la bagarre" va changer votre regard sur les médias

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles