Pourquoi la dernière campagne de Balenciaga a créé le malaise

Pourquoi la dernière campagne de Balenciaga a créé le malaise - Balenciaga
Pourquoi la dernière campagne de Balenciaga a créé le malaise - Balenciaga

La dernière campagne de la marque Balenciaga a suscité une vive polémique. Retirée par la marque, elle était accusée d'hypersexualiser des mineurs, en mettant en scène des enfants tenant des ours en peluche harnachés façon BDSM.

Des excuses publiques. Sur Instagram, le 22 novembre, la marque de luxe Balenciaga et son directeur artistique Demna Gvasalia se sont fendus d'un message sur leur compte respectif après avoir retiré de toutes les plateformes leur dernière campagne, dévoilée le 18 novembre. Cette pub mettait en scène dans une série de photos des enfants qui tenaient dans leurs mains des ours en peluches (qui sont en réalité des sacs, nouvelle création Balenciaga) harnachés.

Cet accessoire symbolique de la culture BDSM, associé à des mineurs, en a fait tiquer plus d'un·e et la griffe Balenciaga a été accusée de sexualiser les enfants.

"Je pensais que les gens étaient en train de troller, mais non. C'est réel. Peut-être que c'est la raison pour laquelle Balenciaga a quitté Twitter. Ils ne veulent pas être tenus responsables. Oui, ce sont des enfants qui tiennent des ours en peluche habillés façon BDSM", écrit ainsi une internaute.

Une référence à la pédopornographie glissée dans une publicité

La marque de luxe a assuré dans des stories Instagram qu'elle allait engager des poursuites judiciaires. "Nous prenons ces critiques très au sérieux. Nous allons intenter une action en justice contre les responsables de cette mise en scène, qui ont intégré des objets de la campagne printemps-été 2023 sans notre accord", assure Balenciaga.

Le directeur artistique de la marque, Demna Gvasalia, a lui aussi relayé ce message dans un post. "Nos sacs en formes d'ours en...

Lire la suite


À lire aussi

O Yeong-su, star de la série phénomène "Squid Game", poursuivi pour agression sexuelle
Les femmes âgées, ces victimes invisibles des violences conjugales
Ose-t-on regarder le film de Noël avec Lindsay Lohan ?