Pourquoi dit-on d'un veinard qu'il a "une chance de cocu" ?

·1 min de lecture

Chaque jour, Stéphane Bern propose, dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, de partir à la découverte d'une expression que l'on utilise au quotidien sans vraiment en connaître l’origine. Vendredi, il se penche sur l'étrange relation de cause à effet qui voudrait que le cocu ait de la chance.

L'étonnante expression "avoir une chance de cocu" trouve son origine au 19ème siècle. À l'époque, gageons que ce ne soit plus le cas aujourd'hui, on trouvait dans l'adultère une situation scandaleuse si, et seulement si, c’était l’homme qui était trompé par sa femme. L'infidélité du mari était bien moins condamnée moralement. Voilà pourquoi "cocu" reste aujourd'hui toujours masculin dans cette expression.

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern en replay et en podcast ici

Mais en quoi un homme trompé, si cela est un drame, est-il chanceux ? Le bon sens populaire du 19e siècle estime qu'on ne peut pas être plus accablé qu'étant cocu, et que du coup, on devient forcément chanceux. Autrement dit, l'homme cocufié a touché le fond, et a donc la chance ne pouvoir que remonter vers de meilleures choses à venir.

Pourquoi dit-on un veinard ? 

Dans la même idée, on dit ainsi "malheureux au jeu, heureux en amour". On dit aussi "avoir une veine de cocu", parce que la veine est, en géologie, l'endroit où l'on trouvait les métaux précieux dans la terre. Chanceux celui qui la trouvait, et devenait ainsi "un veinard". Le terme de "cocu" viendrait par ailleurs de l'o...


Lire la suite sur Europe1