Pourquoi dit-on qu'on est "dans le coaltar" après une sieste qui nous laisse vaseux ?

·1 min de lecture

Stéphane Bern propose chaque jour, dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, de partir à la découverte de ces expressions que l'on utilise au quotidien sans forcément connaître leur origine. Mercredi, l'animateur nous explique les racines de l'expression "être dans le coaltar", un état qui n'est pas des plus agréables.

Au lendemain d'une soirée particulièrement arrosée, ou simplement au sortir d'une sieste qui a duré trop longtemps, on se réveille parfois dans un état de fatigue désagréable et une impression peu vaseuse. Autrement dit, on est "dans le coaltar". Une expression qui nous vient directement de la langue anglaise.

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

En anglais, "coal" est le charbon et "tar" le goudron. Le "coaltar" est donc un goudron dérivé de houille. Inutile de préciser que si vous êtes plongé dans le coaltar, ce liquide visqueux, vous avez bien du mal à vous mouvoir. Et si vous êtes un ouvrier de la fin du 19e siècle qui manipule ce produit dans un endroit mal ventilé, vous êtes rapidement hagard, à cause des émanations toxiques.

"Être dans le goudron de houille"

L'expression vient donc de là : on a respiré ce goudron, on est hébété. Aujourd’hui, cette formule désigne plutôt un état dans lequel on se met sans l'aide du goudron. On peut ainsi "être dans le coaltar", voire plus directement "avoir la tête dans le coaltar". Pour ceux qui chassent ...


Lire la suite sur Europe1