Pourquoi les documentaires animaliers nous fascinent-ils autant ?

·1 min de lecture

Qu’ils mettent en scène des lions ou un poulpe, ces films ne nous ont jamais autant passionnés. Un monde sans humains où l’on se sent bien.

« Sublimes », « captivants », « émouvants »... les films animaliers croulent sous les éloges. Une fascination à mettre en relation avec le plaisir de regarder en boucle d’adorables chatons ? Le scénario est toutefois plus élaboré, quand nous plongeons dans une forêt d’algues à la rencontre d’un invertébré : durant les confinements successifs, la Sagesse de la pieuvre a rendu un quart de la planète fou amoureux d’un poulpe, en plus de rafler l’Oscar du meilleur documentaire. Candice, 34 ans, l’affirme : « Regarder un tel film, pour moi, ça vaut une séance de yoga. » Idem pour François, avocat trentenaire, qui compare sa consommation du genre à « une heure en salle de sport ». N’est-ce pas un peu exagéré ? Pas du tout ! Une étude américaine (1) démontrait déjà en 2017 que voir des animaux se mouvoir dans leur cadre naturel diminuait fortement « la fatigue, la colère et le stress » chez l’homme, accroissant en revanche « le sentiment d’admiration, de joie et de curiosité ». Cette beauté d’un monde sans humains nous hypnotise et nous touche. Pour Boris Cyrulnik (2), psychiatre et éthologue, les hommes sont même « en train de découvrir un monde parallèle, un peu comme Christophe Colomb a découvert les Amériques ».

Entre immersion et illusion

La stupéfaction est en effet au rendez-vous devant de vraies expériences immersives, permises par le progrès : les caméras...

Lire la suite sur Femina.fr

VIDÉO - Un écureuil joue à cache-cache avec un chien

À lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles