Pourquoi les excuses en politique sont-elles si rares ?

Anaïs Guillon
·1 min de lecture

Mercredi, Angela Merkel présentait ses excuses au peuple allemand après avoir décidé un confinement strict pour Pâques. Un mea culpa remarqué, et pour cause : présenter ses excuses en politiques n’est pas chose courante. La politologue Sophie Heine nous explique pourquoi. 

En Allemagne, Angela Merkel a présenté mercredi ses excuses à ses concitoyens après l’annonce mal-reçue d’un confinement pour Pâques. Quelques heures plus tard, Emmanuel Macron a, quant à lui, évoqué à la télévision grecque une « erreur collective » de l’Europe dans la vaccination. Depuis, le président français a néanmoins affirmé qu’il n’avait « aucun remords » sur les politiques mises en place pour gérer l’épidémie du Covid-19. Des stratégies de communication décryptées par Sophie Heine, politologue, auteure* et consultante. 

Lire aussi >> L'impossible repos des politiques, comment gèrent-ils leur sommeil ?

ELLE. Le mea culpa est rare en politique. Or, mercredi, deux gouvernants ont reconnu des erreurs. Pourquoi ? 

Sophie Heine. Il est toujours difficile pour les politiciens de reconnaitre leurs fautes car ce serait « tendre le bâton pour se faire battre ». En général, les hommes et femmes politiques de l'exécutif adoptent des stratégies qui visent à les dédouaner de toute responsabilité, afin de garder leur popularité et, idéalement, de rester au pouvoir.  

En démocratie représentative, les acteurs gouvernementaux ont une légitimité populaire qui devrait normalement garantir que les politiques qu’ils mettent en œuvre coïncident avec ce qu’ils ont promis dans leurs programmes et discours électoraux. Mais en période de crise, ce système est fortement chamboulé car des décisions sont adoptées sans passer par...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi