Pourquoi il faut nettoyer régulièrement les sièges de voiture

On le sait, l’air inhalé lors des voyages en voiture serait néfaste pour la santé en raison de la présence des émissions de particules fines. Selon une nouvelle étude, publiée dans Environnement International, des composés chimiques à l’intérieur même des véhicules pourraient aussi être toxiques. Il s’agirait de produits générés par les matériaux situés à l’intérieur de l’habitacle.

Présence de TDCIPP

Pour mener à bien leur étude, des chercheurs de l’université de Californie ont mesuré le taux de TDCIPP (organophosphate chloré) à l’intérieur des véhicules grâce à des bracelets en silicone placés sur des voyageurs. Résultat, les conducteurs aux plus longs trajets étaient plus exposés au TDCIPP que les autres. Ces substances chimiques, présentes sous forme de poussière, seraient inhalées en nombre lors d’un voyage en voiture.

Des produits toxiques et cancérigènes

L’organophosphate chloré est un composé chimique qui a fait l’objet de nombreuses études et interdictions. En Californie, une loi connue sous le nom de "Proposition 65" met à disposition des habitants une liste de tous les produits chimiques toxiques et cancérigènes. On peut déjà y trouver près de 900 produits dont le TDCIPP. Paradoxalement, depuis la mise en évidence de sa toxicité, le TDCIPP est interdit dans l’industrie mobilière mais continue d’être exploité dans l’industrie automobile.

Dépoussiérez vos sièges de voiture

Bien que cette étude associe les trajets en voiture à une exposition au TDCIPP, les auteurs se veulent toutefois prudents. "Comme nous n'avons pas mesuré le TDCIPP ni les autres OPE [esters d'organophosphates] dans la poussière des véhicules, on ne sait pas si la poussière des véhicules était la principale source de TDCIPP détectés dans les bracelets. De plus, comme nous n'avons pas recueilli de renseignements personnels sur le véhicule (année, marque et modèle du véhicule), on ignore si l'année, la marque et / ou le modèle du véhicule est un autre facteur", concluent les scientifiques. Dans

(...) Cliquez ici pour voir la suite