Pourquoi les hiéroglyphes fascinent-ils toujours ?

iStock

Le directeur des antiquités égyptiennes

Vincent Rondot, Musée du Louvre, commissaire de l’exposition « Champollion, la voie des hiéroglyphes », au Louvre-Lens, jusqu’au 23 janvier 2023.

« Pour comprendre cet engouement, il nous faut remonter à ses origines parce que, à mon sens, la civilisation égyptienne a un rôle à jouer à l’échelle de l’histoire de l’humanité. Les Grecs ont été les premiers à être fascinés, car ils ont pensé trouver là une civilisation des origines de l’humanité, sachant qu’elle remonte à 3200 avant Jésus-Christ. Cette vision s’est transformée dans le monde romain. L’Egypte est alors devenue une civilisation des secrets, des mystères, des cultes initiatiques. A ces deux traditions classiques il faut également ajouter la Bible, car l’Egypte et le pharaon y sont la nation et le souverain les plus mentionnés. Tout cela explique que cette passion soit aussi vivace, elle est un héritage de génération en génération. L’égyptologie essaie de proclamer depuis Champollion que c’est une culture comme les autres avec une écriture et une langue comme les autres. Mais nous sommes les héritiers de cette tradition du mystère et nous ne souhaitons pas nous en séparer. Tant que l’on considérera que c’est l’un des patrimoines fondamentaux de l’humanité, cette fascination se maintiendra. »

L'égyptologue

Dominique Farout, commissaire de l’exposition...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi