Pourquoi les hommes ne lisent pas assez d’autrices (et pourquoi ils devraient s’y mettre)

·1 min de lecture

Alors que la lectrice moyenne lit forcément des hommes, ces derniers peinent encore à s’ouvrir à la littérature faite par les femmes. Et c’est vraiment dommage.  

L’un des derniers souvenirs qu’a Violaine Huisman du monde avant le Covid, c’est la tournée de dédicaces pour son dernier roman, « Rose Desert » (paru chez Gallimard en novembre 2019). Une fiction largement inspirée de sa propre histoire, dans laquelle il est notamment question de désir, d’amour et de rapport au corps. « Plus de 90% des hommes qui venaient à ma table me disaient “c’est pour ma femme/ma mère/ma soeur”, raconte l’autrice. Quand je leur demandais pourquoi ils ne voulaient pas me lire, ils me disaient que c’était une histoire de femmes. » Besoin de justifier une lecture « féminine » – il y a « rose » dans le titre du livre – ou symptôme d’un désintérêt général des hommes pour la littérature écrite par des femmes ? 

À lire aussi >>  Leïla Slimani : six anecdotes qui expliquent l’écrivaine qu’elle est devenue

Trop peu de femmes dans les bibliothèques masculines 

Le Nielsen Book Research, un institut de recherche britannique qui étudie notre rapport aux livres, a estimé que seuls 19% des lecteurs des dix autrices les plus lues au Royaume-Uni sont des hommes, alors qu’à l’inverse, les dix auteurs masculins les plus vendus sont lus par 55% d’hommes contre 45% de femmes. Et ce n’est pas mieux de notre côté de la Manche. Les prix littéraires les plus prestigieux récompensent encore majoritairement des hommes, comme le souligne une analyse du site de l’Association française du féminisme : « en...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles