Pourquoi la Keto fonctionne vraiment

Lorsqu’on entame un régime, l’objectif est bien entendu de perdre du poids. Mais pas à n’importe quel prix ! Il est non seulement important de maintenir une alimentation équilibrée afin que le corps ne manque de rien mais aussi d’éviter les méthodes trop restrictives qui sont généralement l’assurance d’une reprise rapide de tout le poids perdu. La routine Keto se distingue justement d’autres régimes car elle permet non seulement de se délester des kilos superflus tout en améliorant son bien-être. Pas de frustration, une nouvelle manière de s’alimenter et un régime efficace qui repose sur une constatation scientifique.

Le régime keto : retrouver un nouvel équilibre

La diète cétogène propose d’inverser la pyramide alimentaire habituelle et préconise 70 à 90% de corps gras, des protéines en quantité modéré et un faible apport en glucide. L’énergie va donc provenir du gras, à hauteur d’environ 80% contre seulement 10% pour les glucides. Cette inversion va faire entrer l’organise en état de cétose. Ces corps cétoniques fabriqués par le foie à partir des glucides vont alors devenir le carburant de l’organisme. L’avantage de cet état de cétose est qu’il va également inhiber la sécrétion de la ghréline, ou hormone de la faim. Sans cette substance qui stimule l'appétit, adieu l’impression d’être affamé que l’on ressent avec certains régimes. On a moins faim, on mange moins, on maigrit sans frustration et...on se sent mieux !

Une étude scientifique à l’appui de la diète cétogène

Une étude* menée conjointement par des scientifiques espagnols et colombiens publiée dans la revue Nutrients en 2018 a montré les effets positifs de la diète cétogène et son efficacité. Vingt personnes obèses ont participé à cette étude pendant deux à trois mois et les chercheurs ont évalué l’impact de l’état de cétose sur leur poids mais aussi sur leur bien être. Non seulement le régime keto leur a permis de réduire leur masse grasse de 18 kg environ mais il a également permis de voir une amélioration de

(...) Cliquez ici pour voir la suite