Publicité

Pourquoi l'Arcom ne peut pas réguler l'émission de téléréalité Frenchie Shore ?

Oubliez Loana et Jean-Édouard dans Loft Story. À côté des joyeux lurons de Frenchie Shore, ces deux-là passeraient presque pour des enfants de chœur. Le 11 novembre dernier, MTV France et Paramount+ ont dévoilé le premier épisode de leur nouvelle émission de téléréalité inspirée du programme américain Bienvenue à Jersey Shore. Images et conversations trash, alcool à profusion, scènes de sexe à peine floutées... Les candidats n'ont qu'un but dans la villa : faire la fête et se lâcher. Un programme qui ne plaît pas depuis plusieurs semaines à la ministre de la Culture, Rima Abdul-Malak.

"On est à la limite de la pornographie", a-t-elle ainsi dénoncé dans une interview accordée au Parisien, s'inquiétant de la diffusion de l'émission, interdite aux moins de 16 ans, mais dont des extraits tournent désormais sur les réseaux sociaux. Afin d'éviter que "n'importe qui" tombe sur des images explicites de Frenchie Shore, la ministre appelle donc l'Arcom (l’Autorité de régulation de la communication audiovisuelle et numérique) à réguler sa diffusion, affirmant qu'elle "en a la compétence pour les plateformes au titre de la protection des mineurs". Mais le gendarme de l'audiovisuel le peut-il vraiment ?

D'après une enquête menée par nos confrères·sœurs de Franceinfo, l'Arcom ne peut pas intervenir pour réguler la diffusion de l'émission de téléréalité. Comme l'affirme l'autorité, elle "n'est pas compétente pour réguler l'émission, ni à la télévision, ni sur internet, même si des mineurs risquent (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

La bande de Gaza est aujourd'hui le lieu le plus dangereux au monde pour un enfant, selon l'Unicef
Pour la première fois de son histoire, le Népal reconnaît un mariage LGBT+
Un "viol de courte durée" justifie une peine de prison plus courte, selon la justice suisse
La Ville de Lyon instaure un congé paternité aussi long que le congé maternité pour ses agents
Violences faites aux femmes : le gouvernement veut raccourcir le délai de délivrance des ordonnances