Pourquoi l'incontournable tartiflette n'est pas vraiment un plat traditionnel

·1 min de lecture

Comment peut-on échapper à la tartiflette hivernale ? Cette année, il n'y aura pas de remontées mécaniques au ski, en raison de la crise du coronavirus, mais cela n'empêche pas les gourmands de se faire plaisir avec ce plat assurément gras. Et contrairement à ce que l'on pourrait penser, il n'est pas vraiment ancestral, mais au contraire "marketé" et inventé dans la seconde moitié du 20e siècle. C'est ce qu'explique notre chroniqueur Olivier Poels dans Historiquement vôtre sur Europe 1, mercredi après-midi.

C'est une recette qui fleure bon la montagne et la tradition savoyarde. On s'y voit, après une bonne journée tous ensemble au grand air. On rentre le soir pour se faire une bonne tartiflette, incarnation absolue des vacances au ski. Rien qu'en prenonçant le nom, on a l'impression d'un vrai plat authentique de la Haute-Savoie, qui existe depuis la nuit des temps. Ce n'est pas le cas du tout. La tartiflette a 40 ans, tout au plus. C'est un plat qui a été purement et simplement inventé et "marketé".

 

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern en replay et en podcast ici

L'invention de la tartiflette est attribuée à un restaurateur de La Clusaz qui avait des stocks de reblochon dont il ne savait pas trop quoi faire dans les années 1980. C'était un fromage qui n'avait pas une énorme cote et le restaurateur n'arrivait donc pas à les vendre. Pour rendre ce reblochon sexy, il a inventé la recette de la tartiflette pour écouler ses stocks. Ce fut un ...


Lire la suite sur Europe1