Pourquoi Lisa Kudrow ne s'est jamais vraiment remise de l'expérience "Friends"

Lisa Kudrow ne s'est jamais vraiment remise de l'expérience "Friends". Encore aujourd'hui, le souvenir de cette série culte la renvoie à sa propre histoire. Et plus étonnant : au regard qu'elle porte sur son apparence...

Difficile d'oublier Friends, ce genre de série qui se rappelle volontiers à nous à l'occasion d'une situation du quotidien, d'une blague, d'une conversation anodine. Et on l'imagine, c'est d'autant plus vrai pour celles et ceux qui ont contribué à la rendre aussi vivante et culte dans les années 90 : ses acteurs et actrices.

Ainsi Lisa Kudrow, l'interprète de l'irrésistible Phoebe, aime à détailler l'impact de ce show au succès planétaire sur sa vie et sa carrière. Mais aussi, sur sa santé mentale. Récemment, à l'occasion d'une participation sans filtre au podcast "Podcrushed", la star est revenue sur l'influence de la série... Concernant le regard pas toujours évident qu'elle accorde à son apparence et à son physique.

Un sujet sensible.

"Je n'avais aucune idée de la forme réelle de mon corps"

Lisa Kudrow conserve effectivement des souvenirs troublants de ces indénombrables tournages. Côtoyer ses partenaires Courteney Cox et Jennifer Aniston l'a incité à s'interroger sur son corps et son poids, notamment au moment de porter les tenues qu'elle arbore dans le show. "Je n'essaie pas de dire que j'étais en surpoids, je n'étais pas, mais n'avais juste aucune idée de la forme réelle de mon corps", a-t-elle témoigné.

La star a éprouvé pressions et complexes à propos de son apparence physique, embarras, rapporte le magazine Stylist, qu'elle n'a vraiment délaissé qu'une fois passée la trentaine - rappelons que l'actrice a débarqué...

Lire la suite

VIDÉO - Lisa Kudrow : la Phoebe de Friends dévoile de rares clichés de son fils pour son 23ème anniversaire

À lire aussi

Pourquoi les femmes devraient (vraiment) arrêter d'être modestes au travail
Pourquoi on ne peut (vraiment) pas se passer des mèmes féministes
Pourquoi il faut lire "Le goût du baiser", le roman jeunesse érotique jamais cucul