Pourquoi le livre sur la prostitution "La Maison" a scandalisé

Elle a voulu "faire des putes des héroïnes", confiait l'autrice Emma Becker dans une interview au journal Le Monde, à propos de son livre La Maison. Succès critique et public de la rentrée littéraire 2019, l'ouvrage relate les deux années qu'elle a passées de son plein gré dans deux bordels à Berlin. Alors que le film éponyme, réalisé par Anissa Bonnefont avec Ana Girardot dans le rôle principal, est sorti dans les salles de cinéma ce 16 novembre, retour ce livre qui a inspiré le film, ainsi que sur les polémiques qu'il avait suscitées.

En 2014, Emma Becker, jeune autrice française, se fait embaucher en tant que prostituée dans une maison close berlinoise dans le but d'écrire un livre. Son expérience commence mal : le Manège est un bordel glauque où elle ne reste qu'un mois. Elle travaille ensuite pendant presque deux ans dans la Maison, établissement bourgeois de l'ouest de la capitale allemande et y vit une expérience positive et émancipatrice.

Elle se justifiait dans une interview pour France Culture : "Je voulais faire l'expérience de cette condition très schématique : une femme réduite à sa fonction la plus archaïque, celle de donner du plaisir aux hommes." Emma Becker raconte évidemment les relations sexuelles avec ses clients, tout en questionnant son rapport au sexe, mais son livre n'est pas uniquement érotique.

L'autrice dresse le portrait de ses collègues, raconte leurs conversations et leurs doutes dans un récit descriptif et...

Lire la suite


À lire aussi

"She Said", le film sur l'affaire Weinstein qui tombe (malheureusement) à plat
L'étonnant rétropédalage de Marine Le Pen sur la constitutionnalisation de l'IVG
Kelly Rowland choque en défendant Chris Brown, accusé de violences conjugales