Pourquoi la ménopause augmenterait le risque de développer la maladie d'Alzheimer

Pourquoi la ménopause augmenterait le risque de développer la maladie d'Alzheimer - Adobe Stock
Pourquoi la ménopause augmenterait le risque de développer la maladie d'Alzheimer - Adobe Stock

La ménopause augmenterait-elle le risque de développer la maladie d'Alzheimer ? Oui, avance une nouvelle étude publiée dans la revue "Science Advances".

L'assertion peut étonner mais elle résulte d'une étude solide : selon une nouvelle recherche menée par des scientifiques de l'Institut de recherche Scripps (San Diego) et du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et publiée dans la revue "Science Advances", la ménopause pourrait accroître le risque de développer la maladie d'Alzheimer.

Mais pourquoi donc ? A cause de la baisse d'oestrogènes qu'entraîne la ménopause. Cette diminution de la production desdites hormones provoquerait en retour la modification directe d'une protéine immunitaire précise associée à la maladie d'Alzheimer, la protéine C3. Or, celle-ci serait beaucoup présente dans le cerveau des femmes étudiées.

Ce qui est inquiétant, puisque la version modifiée de cette protéine facilite la destruction des synapses, autrement dit la région de contact entre deux neurones.

Des données alarmantes

Des données plutôt alarmantes donc. Pour accéder à ce comparatif, les chercheurs ont confronté les données émanant des cerveaux de 40 personnes, hommes et femmes. Tel que l'énonce Sciences et Avenir, cette étude suggère également que les oestrogènes protègent le cerveau des femmes avant la ménopause, en évitant des anomalies de C3, anomalies qui pourraient accélérer la venue d'Alzheimer. Et ainsi, qu'il ne faut pas ignorer l'importance des hormones dans le développement des maladies neurodégénératives...

"Je pense que nos résultats sont une pièce importante du puzzle pour...

Lire la suite


À lire aussi

L'une des scènes les plus chères de l'histoire est dans un film de Tom Cruise
Shakira dézingue son ex Gerard Piqué (et fait exploser Youtube)
"La consultation à 50 euros n'est pas l'unique moyen de revaloriser la profession médicale"