Pourquoi Michèle Laroque a été surnommée «le bébé de la liberté» à sa naissance

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
© JEAN-PIERRE CLATOT / AFP
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

"Le bébé de la liberté est né cette nuit". Il s'agit non pas du nom du nouveau film de Michèle Laroque , mais de ce que titrait le journal au lendemain de sa naissance. Un surnom de "bébé de la liberté" que l'actrice et réalisatrice explique dimanche au micro de Didier Barbelivien dans l'émission Dis-moi ce que tu chantes . Une histoire qui commence avec celle de ses parents, Doïna Trandabur et Claude Laroque. "Ma mère s'est échappée de son pays, la Roumanie, qui était envahie par les Russes. Elle avait, je crois, 23 ans", explique-t-elle.

>> Retrouvez les émissions de Didier Barbelivien tous les dimanches de 15h à 16h sur Europe 1 ainsi qu’en podcast et en replay ici

"Elle était violoniste, danseuse dans un groupe folklorique, elle faisait des tournées et un jour, elle est allée à Nice", poursuite Michèle Laroque. Elle a rencontré mon père, mais elle est repartie en Roumanie pour terminer ses études d'anglais." Un an plus tard, Doïna Trandabur repart en tournée, cette fois en Angleterre. On lui explique alors que, pour des raisons politiques, ce sera sa dernière tournée. La future mère de Michèle Laroque décidé de s'enfuir.

Fille d'une artiste réfugiée politique

"Ma mère est restée à Londres, elle s'est cachée. Ensuite, elle a dû rester un an parce qu'elle a demandé l'asile en Angleterre et qu'elle était réfugiée politique. Elle a été protégée par la Scotland Yard, parce que c'était dangereux à cette époque-là", détaille Michèle Laroque. "Mon père est venu la rejoindr...


Lire la suite sur Europe1

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles