Pourquoi tout le monde adore la chanteuse Phoebe Bridgers

On l'appelle "the ultimate badass feminist" : l'ultime féministe "badass", dure à cuire. Il faut dire que ses performances déchaînées sur scène n'ont d'égales que ses interviews sans langue de bois. A seulement 28 ans, Phoebe Bridgers est considérée comme l'une des valeurs sûres de la scène rock américaine. Surtout depuis le succès de son second album en solo, Punisher, qui a fait le bonheur de tous les confinés en 2020.

Phoebe Bridgers fait partie de cette vague de musiciennes qui proposent des sons rock et folk introspectifs, sensibles et envoûtants, comme Julien Baker et Lucy Dacus - deux amies hyper talentueuses avec qui elle a composé un très chouette album sororal, ironiquement intitulé Boygenius.

La presse musicale tout comme les nouvelles générations qui suivent régulièrement ses éclats sur les réseaux sociaux et les plateformes de streaming saluent à l'unisson sa singularité. Et on les comprend volontiers.

Car il y a bien des raisons de l'adorer.

Une punk avec un costume de squelette

Phoebe Bridgers, c'est donc deux albums solo, Strangers in the Alp et Punisher, divers groupes par le passé, comme le punk band Sloppy Jane ou Better Oblivion Community Center (au sein duquel elle signe auprès de Conor Oberst un excellent album éponyme sorti en 2019) et surtout... une sacrée présence.

Présence musicale, du genre qui fait vibrer. L'autrice-compositrice-interprète californienne dénote par ses chansons rock et folk mélancoliques, abordant aussi bien la dépression et le deuil que la solitude. Ses opus sont dédiés à ses failles personnelles, exprimés sous une forme poétique et onirique. Elle est de ces musiciennes, telle Billie Eilish, qui usent de la musique comme d'un outil de thérapie, aussi bien pour elle que pour son (jeune) public.

D'ailleurs, Bridgers n'hésite jamais à parler de santé mentale lors de ses interviews. Une... Lire la suite sur le site Terrafemina