Pourquoi il ne faut jamais brûler les feuilles mortes du jardin

Et si se chauffer devenait économique et écologique ? Si on connaissait le chauffage au sol ou celui au bois, depuis 2014, la ville d'Amiens (Somme) recycle les feuilles mortes. Une idée permettant à plus de 4000 foyers de contrer le froid. D'abord transformées en compost, les feuilles sont ensuite séchées pendant quarante jours dans des cuves sans oxygène, une étape incontournable pour produire du biogaz et donc de l'électricité. Mais si les arbres se dénudent et que les feuilles se ramassent à la pelle, il n'est pas question de mettre le feu à ce trésor multicolore.

Pourquoi ramasser les feuilles mortes ?

Les feuilles tombées de l'arbre ont un pouvoir couvrant incroyable. Si bien qu'elles privent ce qu'elle recouvrent de lumière, tout en empêchant l'humidité de s'évaporer... Généralement, c'est la pelouse qui en pâtit. Asphyxiée sous les feuilles et dans l'eau, le gazon meure laissant l'opportunité à la mousse, friande d'obscurité, de se développer à loisir. C'est pourquoi, lorsque, l'automne venu, vos arbres perdent leurs feuilles, il est important de les ramasser. Utilisez un râteau pour les ramasser lorsqu'il ne reste plus de feuilles sur l'arbre, pour ne pas avoir à recommencer. Et si votre arbre prend son temps pour s'effeuiller, ramassez-les en deux fois. Sachez toutefois que votre arbre est très malin : il avait pour projet de fertiliser la terre avec cette opération de dénuement. En récupérant ses feuilles mortes, vous le privez de son engrais naturel. Nous vous conseillons donc de lui en laisser un peu, quitte à faire un joli tas à son pied.

Pourquoi il ne faut pas brûler les feuilles mortes ?

La première raison est toute simple : c'est strictement interdit et peut vous coûter 450 euros d'amende. Humides, les feuilles mortes brûlent mal et produisent énormément de fumée. Ce qui peut incommoder vos voisins, voire causer des problèmes de visibilité à la circulation si votre jardin jouxte une route. La seconde raison, c'est que les feuilles mortes se décomposent

(...) Cliquez ici pour voir la suite