Pourquoi ne trouvez-vous pas l'amour ? Peut-être parce que vous vous posez trop la question

Caroline Michel

Célibat pesant, échecs amoureux, ruptures prématurées : noyées dans nos galères sentimentales, nous cherchons à comprendre pourquoi l’histoire se répète. Or, si mettre le doigt sur une cause est intéressant, cette démarche finit bien souvent par nous desservir. Explications et conseils.

Quand l’amour ne vient pas ou repart aussitôt qu’il est venu, nous avons tendance à jouer les analystes. Nous voulons absolument comprendre pourquoi. Pourquoi ça ne marche pas, pourquoi ça casse, pourquoi l’amour ne frappe pas à notre porte. C’est passionnant, surtout avec un verre et des amis, mais surtout, c’est productif. Nous arrivons souvent à une conclusion sensée, capable de tout expliquer : dans ma famille, tout le monde divorce et je ne suis pas épargnée ; je reproduis les échecs sentimentaux de ma mère par loyauté féminine ; je ne suis pas digne d’amour ; je ne suis pas remise du départ de Jean-Mi, l’ex de ma vie ; mon père est parti quand j’étais petite… Des conclusions que nous tirons généralement dans notre enfance et nos expériences passées. Pourquoi ce réflexe ? Parce que la psychologie populaire nous incite à nous tourner sans relâche vers un passé prétendument bourré de nœuds qui se démêlent nécessairement sur un divan. « Nous vivons avec ce présupposé théorique qui veut que la petite enfance détermine la vie adulte si bien que nous ne cessons d’établir des liens entre les événements présents et des situations antérieures, un mécanisme dont nous avons du mal à nous détacher », constate Cécile Guéret, auteur de « L’amour, c’est prendre le risque de la surprise » (éd. Albin Michel) – un livre passionnant qui nous confronte à nos croyances limitantes en matière de cœur (...)

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

Ce contenu peut également vous intéresser :