Pourquoi sommes-nous obligés de travailler ?

·1 min de lecture

Vous ne savez pas vraiment pourquoi il faut se lever chaque matin pour travailler ? Parfois, ça vous épuise de vous dire que vous allez passer une semaine difficile au bureau ou en télétravail ? Il y a de nombreux bénéfices à travailler. Version Femina vous les détaille en trois points.

Travailler à la sueur de son front, c’est indispensable pour l’homme. Même si parfois, c’est compliqué, qu’on n’a pas l’envie ou la motivation, c’est indéniable, nous ne pouvons pas y échapper. Trois raisons existent pour nous booster au travail : gagner de l’argent, exister dans une sphère sociale et surtout, s’accomplir personellement.

Travailler pour gagner de l’argent. Toute l’espèce humaine, et même les animaux travaillent. Seulement, depuis quelques siècles, nous donnons de notre temps pour gagner de l’argent. Même si ce dernier ne fait pas le bonheur, il participe néanmoins à vivre plus sereinement. Difficile de s’en passer dans notre société actuelle. Le travail permet de payer nos factures, de subvenir aux besoins de notre famille, de voyager… L’argent est une ressource devenue indispensable pour accomplir certaines choses de la vie quotidienne.

Exister socialement. Travailler permet d’entretenir une relation sociale avec ses collègues ou des clients. Le partage de connaissances, d’expériences, permet de faire évoluer le travailleur. Le travail nous donne un statut social qui nous fait avancer dans notre épanouissement personnel, et dans la recherche du bonheur. Rien de tel que des échanges autour de la machine à café pendant le temps de pause. Et ce n’est pas tout, nous obtenons aussi une identité ancrée qui définit ce que nous sommes à nos yeux, et au regard des autres.

S’accomplir...

Lire la suite sur Femina.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles