Pourquoi les oiseaux perdent leurs couleurs avec le réchauffement climatique ?

Une étude démontre comment des mésanges bleues du sud de la France ont progressivement perdu la couleur de leur plumage en l'espace de quinze ans. Une conséquence directe du réchauffement climatique, estiment les scientifiques français qui ont dirigé cette recherche publiée dans la revue The American Naturalist

L'étude a été réalisée entre 2005 et 2019 dans le sud de la France par des scientifiques de l'UPV/EHU-Université du Pays basque et du Centre d'écologie fonctionnelle et évolutive (CEFE-CNRS) de Montpellier. Elle a porté sur deux populations de mésanges bleues : la première évoluait en périphérie de Montpellier, la seconde au nord-ouest de la Corse.

 Les couleurs ne sont pas qu'un atout esthétique, elles servent à se repérer entre espèces. Elles sont un signe de distinction pour la reproduction entre les volatiles. © Lillian Suwanrumpha, AFP
Les couleurs ne sont pas qu'un atout esthétique, elles servent à se repérer entre espèces. Elles sont un signe de distinction pour la reproduction entre les volatiles. © Lillian Suwanrumpha, AFP

Hausse des températures et baisse des précipitations

Ces oiseaux de la famille des passereaux se caractérisent par leur crête bleue et leur poitrine jaune. Mais, au fil de leurs quinze années d'observation, les scientifiques ont constaté une diminution nette de la coloration chez les deux populations d'oiseaux étudiées.

Une modification que les auteurs de la recherche associent directement aux changements climatiques. « Le changement de couleur du plumage semble être le résultat de la combinaison d'une hausse de la température (1,23 ºC) et d'une baisse des précipitations (0,64 mm). Le changement climatique serait donc la cause potentielle de cette différence », estime David López-Idiáquez, chercheur au département de biologie végétale et d'écologie de l'UPV/EHU et auteur principal de l'étude.

Un plumage décoloré pourrait perturber la reproduction

Ces changements n’ont pas que des conséquences d’ordre esthétique, prévient le chercheur, mais peuvent perturber les conditions de reproduction de ces volatiles, dans la mesure où leurs couleurs servent de signes de distinction pour se repérer entre spécimens, « déterminants...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura