Pourquoi parle-t-on d'un "soutien-gorge" ?

·1 min de lecture

Stéphane Bern propose chaque jour, dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, de partir à la découverte d'un mot que l'on utilise au quotidien sans forcément connaître son origine. Ce vendredi, l'animateur revient sur le soutien-gorge, un objet essentiel pour la gent féminine. 

"J'ai remarqué que littéralement, le soutien-gorge ne soutient pas du tout la gorge. La gorge vient du latin gurgès, qui signifie le gouffre. Cela évoque un passage étroit entre deux montagnes. On peut donc en déduire qu'étymologiquement, le mot définit plutôt l'espace entre les seins. Avant 1904, on disait "maintient gorge" ou "corselet gorge". Le mot brassière était aussi utilisé. Il donnera d'ailleurs le mot "bra" en anglais, qui désigne un soutien-gorge. 

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

A chaque époque ses coutumes. Pendant l'empire romain, on serre sa poitrine à l'aide de bandelettes pour gommer la féminité. Au Moyen-Âge, on porte des gourgandines : des corsets lacés dans le dos, qui seront interdits en 1370. 

Une scission entre le serre taille et le corset

En fait, on doit l'objet comme origine du mot soutien-gorge, à Herminie Cadolle. C'est elle qui a l'idée de faire la scission entre le serre-taille et le corset. Communarde féministe et amie de Louise Michel, Herminie Cadolle signe l’arrêt du corset et c’est tant mieux car il compressait dangereusement les cages thoraciques ...


Lire la suite sur Europe1