Pourquoi les prix du carburant n'en finissent plus de grimper à la pompe

·3 min de lecture

Plusieurs facteurs indiquent que cette remontée des prix de l'essence et du diesel va durer dans le temps.

CARBURANTS - Des prix de plus en plus hauts et un retour sur les niveaux de novembre 2021, si ce n’est plus. Les automobilistes l’ont sans doute remarqué en premier, mais le prix à la pompe atteint de nouveaux records en ce début d’année 2022, un coup dur de plus pour le portefeuille des Français.

Sans-plomb ou diesel, même combat pour les automobilistes: au dernier pointage officiel du ministère de la Transition écologique, daté du 7 janvier, le prix moyen du diesel était de 1,59 euro/litre, 1,66 euro/litre pour ce qui est du sans-plomb 95-E10 et même 1,75 euro/litre pour le sans-plomb 98. 

Des prix encore en hausse depuis cette date, si l’on en croit les calculs (sur la moitié des pompes) du journal Le Parisien ce vendredi 14 janvier, qui estime que le diesel affichait en moyenne à 1,62 euro/litre en début de semaine. Pour le sans-plomb 95-E10 et le sans-plomb 98, le journal estime qu’ils coûtaient respectivement 1,69 euro/litre et 1,77 euro/litre après le 10 janvier.

Des chiffres qui donnent le tournis quand on sait que la hausse du prix de l’essence avait été l’un des facteurs déclencheurs de la crise des Gilets jaunes en 2018. Le Parisien rappelle d’ailleurs qu’à l’époque, le prix du gazole était alors inférieur (1,53 euro/litre) à celui observable ces derniers jours à la pompe.

Nouvelle envolée du prix du baril

Le baril étant actuellement vendu à plus de 80 dollars sur les marchés financiers, la tendance n’est clairement pas prévue à la baisse, puisque les investisseurs continuent d’anticiper une forte demande mondiale de carburant, suite au ralentissement net connu après l’émergence du Covid-19 sur la planète et à la reprise économique.

Cette augmentation s’explique aussi par les tensions actuelles au Kazakhstan. Ces tensions au sein du pays de Kassym-Jomart Tokaïev font grimper encore un peu plus les prix du pétrole, les investisseurs ayant peur de futures ruptures d’approvisionnement de la part du plus grand producteur de pétrole d’Asie centrale.

Et si l’indemnité inflation de 100 euros envoyée par le gouvernement à près de 38 millions de Français avait aussi pour but de compenser la hausse des prix des carburants, force est de constater que pour les Français dépendants de leur moyen de transport individuel, la note risque d’être de plus en plus salée. L’opposition n’a d’ailleurs pas manqué de remettre sur la table ses propositions, à mois de 3 mois du premier tour de la présidentielle.

Selon les données de l’Insee communiquées ce vendredi 14 janvier, les prix à la consommation ont progressé de 2,8% en décembre 2021, soit une hausse similaire à novembre. Une confirmation de plus de cette tendance inflationniste alors même que Bruno Le Maire annonçait, ce jeudi 13 janvier, une limitation de l’augmentation des prix de l’électricité à 4% en 2022 pour protéger le pouvoir d’achat des Français.

À voir également sur Le HuffPost: À la pompe, “l’aumône” du chèque carburant convainc moyennement

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.

VIDÉO - Conso : comment économiser l'essence à la pompe ?

undefined

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles