Pourquoi le prix d'interprétation féminine de l'actrice Zar Amir Ebrahimi fait enrager l'Iran

C'est au sein du 75e Festival de Cannes qu'a été sacrée la lumineuse actrice iranienne Zahra Amir Ebrahimi. Prix d'interprétation féminine, la comédienne a été saluée pour sa performance dans le thriller Les Nuits de Mashhad, réalisé par le cinéaste iranien Ali Abbasi, qui revient sur l'histoire vraie d'un tueur de prostituées ayant sévi en Iran au début des années 2000 au sein de la ville de Mashhad.

Mais si le jeu de l'actrice a enchanté le jury cannois, l'Iran ne voit pas cela du même oeil. L'Organisation cinématographique de l'Iran, liée au ministère de la Culture, a fustigé cette récompense, accusant le Festival de Cannes d'avoir commis "un acte biaisé et politique". Pourquoi cela ? Car Les nuits de Mashhad ne serait autre qu'un film "faux et dégoûtant", délivrant "une image déformée de la société iranienne", dixit le communiqué.

Plus encore, ce thriller "[insulterait] ouvertement les croyances transcendantes des chiites".

"Ce film parle des femmes"

Plus encore, relate le magazine Vanity Fair, l'Organisation cinématographique de l'Iran va jusqu'à comparer Les Nuits de Mashhad d'Ali Abbasi au célèbre livre Les Versets sataniques de Salman Rushdie, jugé "blasphématoire" à sa sortie à la fin des années 80, et ayant engendré un appel au meurtre visant son auteur, émis par l'ayatollah Rouhollah Khomeiny. Comme le rappelle TF1, le cinéaste iranien n'est pas tant surpris que cela par la colère des autorités...

Lire la suite


À lire aussi

Pourquoi la Ballon d'Or Ada Hegerberg refuse de jouer la Coupe du monde féminine
Pourquoi le prix Nobel a raté une belle occasion d'honorer Annie Ernaux
Pourquoi lire "Les Impatientes" de Djaïli Amadou Amal, le poignant prix Goncourt des lycéens

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles