Pourquoi les prix des sacs de luxe ont-ils autant augmenté en 2021 ?

·2 min de lecture

En cette année de crise sanitaire, les prix de la maroquinerie de luxe explosent. Certains sacs iconiques ont vu leur prix augmenter de plus de 2000 euros en moins d’un an. Comment expliquer de tels changements ? Enquête.

S’offrir un sac griffé d’une maison de luxe iconique est un rêve partagé par de (très) nombreuses femmes. Or, les récentes augmentations enregistrées chez diverses marques de l’industrie décourageront probablement plus d’une à sauter le pas. Certains célèbres modèles, devenus des incontournables de la maroquinerie, ont même vu leur valeur initiale augmenter de 70% depuis leur date de création. Comment l’expliquer ? Éléments de réponses.

Lire aussi : Jackie Kennedy : l'histoire de son sac préféré signé Gucci

La crise sanitaire en cause ?

Si les marques de luxe ont pour habitude d’augmenter discrètement les prix de leurs modèles phares quasiment chaque année, en 2021, elles ont battu des records. Plus qu’une simple réponse à la loi de l’offre et la demande, on parle ici d’hausses de plusieurs centaines d’euros d’un coup, parfois même de plusieurs milliers. Ainsi, le Loulou de Saint Laurent, l’un des best sellers de la maison française, a vu son prix grimper de près de 18% en l’espace de quelques mois, passant de 1690 à 1990 euros. Plus impressionnant encore, l’étiquette du petit sac classique de Chanel affiche désormais 7300 euros, contre 6300 euros en septembre dernier. Au début de l’année, ce dernier était vendu au prix de 5500 euros, soit une augmentation de 33% en un an. Selon le magazine « Challenges », la maison Louis Vuitton aurait quant à elle augmenté les prix de certains modèles de 8% au cours de...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles