Pourquoi le procès de Johnny Depp et Amber Heard nous a-t-il tant passionnés ?

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

S’il n’était pas inédit, le dispositif voyeuriste instauré pour suivre la bataille judiciaire entre les anciens époux a divisé l’opinion comme rarement, en particulier en ligne. Stéphanie Lusakik, chercheuse en science de l’information et de la communication, nous explique pourquoi ce feuilleton a pris tant d’ampleur.

« Kramer contre Kramer » ou « Loft Story » ? Mieux que le film de procès, la confrontation aura viré à la téléréalité. Révélations macabres, vidéos et photos accablantes sur fond d’alcool, de drogues et de violences… le tout tourné dans un espace confiné et retransmis en direct, avec un objectif pour les deux parties : gagner — quitte à pulvériser son adversaire. Le litige surréaliste opposant Johnny Depp et Amber Heard a tenu en haleine les internautes du monde entier qui ont joué, à chaque audience, les prolongations sur les réseaux sociaux.

« C’est un procès parallèle qui s’est déroulé au sein du public, nous confirme Stéphanie Lukasik, qui étudie les sciences de l’information et de la communication au Centre de recherche sur les médiations. Les usagers se sont emparés des informations médiatiques du procès réel pour créer ensuite leurs propres informations sous des formes diverses — vidéos, photos, mèmes. »

À lire aussi >> Procès Johnny Depp : comment Amber Heard est devenue la grande méchante sur les réseaux sociaux

Des audiences filmées depuis 1959

Ce n’est pourtant pas la première fois qu’un procès est enregistré, même live, outre-Atlantique. Chez les Américains, les caméras sont acceptées depuis 1959 dans les institutions judiciaires — en théorie pour des raisons de transparence et de pédagogie. En 1981, l’arrêt Chandler C. vs. Florida passé par la Cour suprême assouplit...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles