Pourquoi cette réforme des retraites "plus juste" pour les femmes est insuffisante pour lutter contre les inégalités ?

Karolina Grabowska

En discussion depuis plusieurs années, la réforme des retraites pourrait bien voir le jour très prochainement. Le 10 janvier dernier, Élisabeth Borne présentait les grands axes de la réforme et les principales mesures. Outre le recul de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans, plusieurs autres changements pourraient avoir lieu. Si ceux-ci sont justifiés par une volonté de préserver le système actuel de répartition, une autre explication a été apportée par la Première ministre, celle de proposer un dispositif "plus juste, notamment pour les femmes".

Parmi les mesures censées changer la donne : la prise en compte du congé parental dans la durée des "carrières longues", l’augmentation de la pension minimale de 100 € par mois pour les personnes ayant eu des revenus "autour du SMIC" toute leur vie et enfin le maintien de l’annulation de la décote à 67 ans, même pour les carrières incomplètes. Pourtant, malgré ces annonces, les inégalités ont de beaux jours devant elles, selon certain·es expert·es.

Parmi les mesures annoncées, l’une d’entre elles pourrait effectivement présenter un avantage pour les femmes : la retraite minimum. "Si cette mesure est décidée, il faut reconnaître que c’est une bonne chose, de nombreux, et surtout nombreuses, retraitées touchent des pensions très faibles", assure Christiane Marty, ingénieure-chercheuse, autrice de la tribune "Présenter la réforme des retraites comme juste pour les femmes relève du boniment" pour Le Monde. Les inégalités de salaire, (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Ce secteur professionnel est le plus touché par le harcèlement, selon une étude
Décès suite à des stages de jeûne : un naturopathe mis en examen pour homicide involontaire et abus de faiblesse
Fake news : près de 70 % des 18-24 ans adhèrent aux théories du complot selon une enquête de l'Ifop
Voici pourquoi les femmes sont plus pénalisées que les hommes en période de télétravail
“Votre prénom est une insulte à la France” : Hapsatou Sy remporte son procès en première instance contre Éric Zemmour