Pourquoi la réponse d'Elisabeth Borne sur l'affaire Abad est insuffisante

  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.
Dans cet article:
  • Oops !
    Une erreur est survenue.
    Veuillez réessayer plus tard.

Alors que de nouvelles accusations de violences sexuelles visant le ministre des Solidarités Damien Abad viennent d'être révélées par Mediapart ce 14 juin, la Première ministre Elisabeth Borne a évidemment été mise sur le grill. Et l'embarras semble total. La défense systématique dégainée par la cheffe du gouvernement ? Que les femmes portent plainte afin que justice soit faite.

C'est une riveraine qui a osé poser frontalement la question qui fâche lors d'une déambulation sur le marché de Villers-Bocage dans la 6e circonscription du Calvados, où Elisabeth Borne fait campagne pour les législatives : "Ça vous fait quoi de travailler avec des gens accusés de violences sexuelles ?".

Une référence évidente à Gérald Darmanin, nommé ministre de l'Intérieur et reconduit à son poste malgré une plainte pour "viol", "harcèlement sexuel" et "abus de confiance" (qui avait abouti sur un non-lieu en janvier 2022) Et un écho à la question de Laura, lycéenne de Gaillac face à Emmanuel Macron le 9 juin dernier : "Vous mettez à la tête de l'Etat des hommes accusés de viols, pourquoi ?".

Sans surprise, Elisabeth Borne a botté en touche. "En tant que Première ministre, je le dis aussi en tant que femme, je les invite à déposer plainte parce que c'est important que la justice puisse dire les faits."

Loin de se laisser démonter, son interlocutrice réplique : "Qu'un homme utilise sa stature d'homme de pouvoir pour avoir des faveurs, ça ne vous dérange pas ?",...

Lire la suite


À lire aussi

Pourquoi la réponse de Jean-Michel Blanquer aux lycéennes est à côté de la plaque
Pourquoi êtes-vous féministe ? Voici vos réponses
"Pourquoi je n'ai pas porté plainte" : les victimes d'agressions répondent à Trump

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles