Pourquoi la ratification de la Convention d'Istanbul par l'Ukraine est une victoire pour les femmes

"Malgré le contexte terrible auquel l'Ukraine est confrontée, son Parlement vient de ratifier la Convention d'Istanbul, un texte majeur pour lutter contre les violences faites aux femmes". Isabelle Rome, la ministre déléguée auprès de la Première ministre chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes a salué ce vote (259 députés ont voté pour, 8 contre, 28 ont voté blanc et 47 se sont abstenus) ce lundi 20 juin, évoquant sur Twitter "une décision historique".

Signée en 2011, la Convention d'Istanbul a pour but de lutter contre les violences sexistes, psychologiques et physiques faites aux femmes, notamment, des violences conjugales. Un traité juridique international du Conseil de l'Europe très important donc puisqu'il est le premier à fixer des normes juridiquement contraignantes pour contrer les violences sexistes.

Le vote du Parlement ukrainien en pleine guerre contre la Russie a été unanimement salué.

"Un grand pas en avant"

"C'est un grand pas en avant. L'Ukraine deviendra le 36e Etat à avoir ratifié la Convention d'Istanbul. Les femmes et les jeunes filles étant particulièrement vulnérables pendant le conflit, je salue cette ratification", a applaudi la secrétaire générale du Conseil de l'Europe, Marija Pejcinovic Buric, comme le relève le site de FranceInfo.

Olga Stefanichyna, vice-Première ministre en charge de l'Intégration européenne, voit quant à elle là une manière de "consolider l'engagement à long terme de...

Lire la suite


À lire aussi

Pourquoi le télétravail alourdit la charge mentale des femmes pendant le confinement
Mais pourquoi la droite américaine s'attaque-t-elle aux "femmes à chats" ?
Pourquoi les femmes devraient (vraiment) arrêter d'être modestes au travail

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles