Pourquoi cette série sur un serial-killer de femmes fait scandale au Mexique

YouTube

Au Mexique, une série documentaire de "true crime" fait polémique actuellement. Elle met en scène un tueur de femmes, qui aurait fait 50 victimes présumées.

Caníbal, indignación total, voilà le titre d'une série documentaire qui fait actuellement polémique au Mexique. Ce programme télé relate la traque d'un tueur en série de femmes, Andrés Mendoza, qui aurait tué 50 femmes trois décennies durant, avant d'être arrêté en 2021.

Un assassin dont l'on a découvert lors de son arrestation les pratiques cannibales, d'où le nom morbide de la série. Le programme a été diffusé de juin à juillet et des dizaines de millions de spectateurs l'ont visionné. Et bien que reposant sur un concept familier (des séries documentaires portraitisant des serial killers, comme Netflix en propose des ribambelles, ainsi que d'autres plateformes, témoignages et reconstitutions-chocs à l'appui), Caníbal, indignación total n'est pas passé.

Pourquoi ? Selon RFI, la série serait accusée de "transformer les féminicides en spectacle". Un argument de poids énoncé par les féministes mexicaines.

Un programme télévisuel polémique

Une critique que l'on pourrait faire à bien des programmes de "true crime", volontiers voyeuristes dans l'horreur, transformant d'accablants fait réels en fiction pleine d'effets. Des programmes étrangement populaires auprès du public, et ce depuis des années.

Plus précisément, poursuit RFI, la série documentaire est notamment fustigée pour sa propension à "recréer le visage de l'assassin dans le générique à l'aide de mini-portraits des femmes qu'il a tuées, comme si elles faisaient...

Lire la suite

VIDÉO - Inès (Koh-Lanta) traquée par "un serial killer" : confidences glaçantes après avoir vécu la peur de sa vie

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles