Pourquoi "Les sucettes" de Serge Gainsbourg ont un goût amer pour France Gall

·1 min de lecture

Les souvenirs s'égrainent par milliers en ce mois de mars 2021 où l’on fête le trentième anniversaire de la mort de Serge Gainsbourg. Ses enfants Natacha et Paul dont on ne parle jamais, son histoire d'amour passionnelle avec Jane Birkin, la liste interminable des femmes qu'il n'a jamais repoussées, sa liaison secrète avec Constance Meyer... Dans Gainsbourg rue de Verneuil (éd. Hervé Chopin), le photographe Xavier Martin raconte les coulisses de cette mythique séance photos pendant laquelle Gainsbourg posa nu pour lui dans a baignoire.

Il y a aussi les confidences des uns et des autres sur la sexualité du chanteur. L'écrivain Arthus Dreyfus l'évoque au détour d'une des 2.304 pages de son impressionnant et audacieux Journal sexuel d’un garçon d’aujourd’hui (éditions P.O.L). Il cite ainsi Jane Birkin affirmant que "Serge aimait aussi les garçons". Dans La dernière vie de Serge Gainsbourg (éd. du Cherche Midi, 304 p., 18 €), Bernard Pascuito en parle aussi, racontant comment il a choisi de perdre sa virginité à 17 ans. Mais il s'applique surtout à analyser les relations qu'entretenait Gainsbourg avec les femmes qui comptèrent le plus dans sa vie. 'Les trois B'. comme il les appelait, Bardot, Birkin et Bambou, sa dernière compagne, (qui appelait Serge Gainsbourg "papa").

Dans le chapitre intitulé "Le laid qui faisait chanter les belles", Bernard Pascuito revient également sur les liens complexes qui unissaient Gainsbourg et France Gall. En 1963, Gainsbourg a 35 ans. Il pourrait être (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite