Pourquoi la suppression des tickets de caisse inquiète les associations de consommateurs

·1 min de lecture

Douze associations, dont l'UFC-Que Choisir, confient leurs inquiétudes à quelques mois de la suppression des tickets de caisse dans un communiqué commun, le 19 avril.

Les tickets de caisse devront disparaître au plus tard le 1er janvier 2023, comme le requiert la loi du 10 février 2020 relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire. Si la mesure se veut effectivement écologique, des associations de consommateurs, dont Familles Rurales, la FNAUT ou encore l’UFC-Que choisir, émettent des réserves dans un communiqué commun publié le 19 avril. Les cosignataires concèdent que cette initiative est « louable », mais la qualifient tout de même d’« inacceptable ». « On attendrait que les consommateurs soient systématiquement interrogés sur leur souhait d’obtenir ou non un ticket. Or, un seul affichage générique ne garantit pas le respect de leur choix », argumentent-ils. Celui-ci « s’ajoutera aux nombreuses mentions déjà présentes en caisse », et ils déplorent que les commerçants qui ne préviennent pas leurs clients « ne s’exposeront pas à des sanctions ».

Le ticket dématérialisé, porte ouverte aux publicités intrusives ?

Des commerçants, comme Carrefour, ont déjà pris la voie de la dématérialisation des tickets : leurs adhérents peuvent les recevoir par e-mail. Un moyen de communication qui pose problème aux associations de consommateurs, car il est « susceptible de faciliter via des techniques marketing la création de bases de données par les commerçants et notamment d’entraîner l’essor de publicités intrusives ou non désirées ». Si les tickets de caisse...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles