Pourquoi les thrillers espagnols cartonnent

Dicelli Paola Pascaline Potdevin,Françoise Delbecq, Dicelli Paola Pascaline Potdevin
·1 min de lecture

Avec deux thrillers survoltés aux personnages bien trempés, l'Espagne arrive en force sur nos écrans.

« Sky Rojo »

Gina, Wendy et Coral doivent courir, et vite. Prostituées dans un bordel paumé de Tenerife, elles viennent d'y laisser pour mort leur mac après une dispute. Et sont poursuivies par ses sbires, qui ont juré de ne pas les laisser s'en tirer. « Sky Rojo » (un jeu de mots sur le canapé en Skaï rouge où, tous les soirs, elles reçoivent leurs clients), nouvelle série imaginée par Álex Pina et Esther Martínez Lobato, créateurs de « La Casa de Papel », en reprend certains codes : un suspense sans cesse relancé mais concentré, cette fois, sur huit épisodes de 25 minutes. Et des antihéroïnes au grand cœur, dont on découvre, au fil de flashbacks, comment elles en sont arrivées là. S'y ajoutent plus de violence, de couleurs qui flashent et de secousses infligées à la caméra, dans un style que tout fan de Tarantino reconnaîtra. Jusqu'à la caricature : sur un ciel d'un bleu insoutenable, le soufre du désert, les carrosseries des voitures ou le blond platine d'un brushing claquent mieux que jamais. Une fois que les personnages ont rappelé, à coups de scènes explicites ou de discours désabusés, combien la prostitution est un dur métier, le spectacle peut commencer. Cartoonesque, un peu clinquant, volatil comme des paillettes que l'on lance par poignées.

D'Álex Pina et Esther Martínez Lobato, le 19 mars, Netflix.

LA_CAZA_MONTEPERDIDO_-_Saison_1_-_Episode_8#2
LA_CAZA_MONTEPERDIDO_-_Saison_1_-_Episode_8#2

@Pipo Fernandez/2019 Dlo Production ...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi