Pourquoi tient-on aux choses chères à notre cœur "comme à la prunelle de nos yeux" ?

·1 min de lecture

Stéphane Bern propose chaque jour, dans Historiquement vôtre avec Matthieu Noël, de partir à la découverte de ces expressions que l'on utilise au quotidien sans forcément connaître leur origine. Jeudi, l'animateur nous explique les racines de l'expression "tenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux", une expression ancienne et internationale pour signifier l'attachement extrême à un objet, mais aussi une personne.

Quand on estime qu'une personne ou qu'un objet est d'une extrême valeur, sentimentale et parfois financière, on utilise souvent l'expression "tenir à quelque chose comme à la prunelle de ses yeux". Vous l'aurez compris, elle a un rapport direct avec les yeux, et plus particulièrement avec la pupille. Une partie du corps très précieuse pour qui tient à sa vue.

>> Retrouvez toutes les émissions de Matthieu Noël et Stéphane Bern tous les jours de 16h à 18h sur Europe 1 ainsi qu’en replay et en podcast ici

Au 12e siècle, on qualifiait la pupille de l'œil de "prunelle". Un diminutif de "prune" qui désigne le nom de cette petite prune sauvage, fruit du prunellier. Au siècle suivant, on utilisait l'expression "aimer plus que son œil". Au 14e siècle, on disait "soigner quelque chose comme la prunelle de son œil". Est ensuite également apparue l'expression "jouer de la prunelle", quand on faisait des œillades, soit quand on faisait de l'œil à quelqu'un.

Une origine très ancienne

Ce qui compte, c'est la valeur que l'on donne aux choses. La pupille désigne auss...


Lire la suite sur Europe1