Pourquoi la voiture électrique pollue plus que ce que vous pensez

Robin Prudent
De la fabrication des batteries à la production d'électricité, ces véhicules posent également de graves problèmes environnementaux. Mais cela pourrait changer.

Pas de bruit, pas d'odeur, pas de gaz d'échappement... Lorsque vous croisez une voiture électrique dans la rue, "l'effet propre" est immédiat. Le véhicule semble glisser sur le bitume sans laisser d'empreinte (écologique). On est bien loin du toussotant tacot qui carbure bruyamment à l'essence ou au diesel dans un nuage de fumée. Mais derrière ce contraste saisissant, la voiture électrique est-elle si vertueuse pour l'environnement ? A l'heure actuelle, ce n'est pas si simple.

Sa fabrication est énergivore

Avant même d'avoir parcouru le moindre kilomètre sur la route, la voiture électrique a déjà du plomb dans l'aile. "A la différence des véhicules thermiques, la majorité des impacts environnementaux d'un véhicule électrique interviennent lors de la phase de fabrication", confirme l'Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie (Ademe), dans un avis publié en 2016.

Le point noir ? La fabrication de la batterie des véhicules. "Elle contient des métaux, parfois rares, comme le cobalt, le graphite et le lithium, issus notamment de Chine, de République démocratique du Congo et d'Amérique du Sud, explique Guillaume Pitron, journaliste et auteur de La Guerre des métaux rares, à franceinfo. L'extraction et le raffinage de ces métaux nécessitent l'emploi d'énormément d'eau et de produits chimiques. La (...)

Lire la suite sur Franceinfo

Ce contenu peut également vous intéresser :