"Poutine est en position de faiblesse": Hollande estime que Moscou tente de "camoufler une défaite"

François Hollande sur BFMTV le 5 octobre 2022 - BFMTV
François Hollande sur BFMTV le 5 octobre 2022 - BFMTV

L'ex-président François Hollande a estimé ce mercredi sur BFMTV que Vladimir Poutine tentait de "camoufler une défaite" auprès des Russes. À propos du discours du président russe prononcé vendredi, l'ex-chef de l'État a déclaré:

"J'ai plusieurs fois rencontré Vladimir Poutine donc je sais ce qu'il faut entendre, ce qu'il faut croire, et ce qu'il faut à un moment redouter."

Vendredi dernier, le leader du Kremlin a également formalisé l'annexion de quatre régions d'Ukraine: Donetsk et Lougansk (est), et Zaporijia et Kherson (sud). Il a affirmé que les habitants de ces territoires étaient "revenus dans leur patrie historique" et a appelé Kiev à cesser "toutes les hostilités et à revenir à la table des négociations". Selon François Hollande, il ne s'agissait que d'apparences.

"C'était une présentation et il le savait parfaitement, c'était un élément de propagande alors qu'il est en train de camoufler une défaite puisque son armée recule", alors que l'intention initiale était de "conquérir toute l'Ukraine", estime l'ancien dirigeant.

"Vladimir Poutine est en position de faiblesse, parce qu'il est isolé politiquement, fragile économiquement et en recul militairement", dit-il encore.

En effet, l'armée russe subit depuis un peu plus d'un mois des revers en Ukraine. Dimanche, le président ukrainien, Volodymyr Zelensky, a annoncé la reprise de la ville de Lyman, dans la région de Donetsk, par les forces ukrainiennes. Une carte militaire montrée mardi par le ministère russe de la Défense fait aussi état d'un recul important des forces russes dans le nord la région de Kherson, dans le sud de l'Ukraine.

Cette carte, comparée à celle de la veille, montre que les forces russes ont quitté un grand nombre de localités, dont Doudtchany, sur la rive occidentale du fleuve Dnipro, alors que l'armée ukrainienne mène dans cette région une contre-offensive.

Poutine "redoutable" quand "il fait semblant d'être gentil"

Ayant rencontré le président russe plusieurs fois, lorsqu'il était encore son homologue, François Hollande a donné quelques détails concernant la personnalité de Vladimir Poutine dans les relations entre dirigeants. Selon lui, le président russe est "toujours en train d'alterner le brûlant et le glacial", à "dire qu'il faut trouver une solution" puis à "l'empêcher". Il peut faire preuve d'"attentions" vis-à-vis de ses interlocuteurs, comme avec l'ancienne chancelière allemande Angela Merkel par exemple.

"Il lui faisait souvent des compliments et Angela Merkel me disait 'c'est là qu'il est le plus redoutable, c'est quand il fait semblant d'être gentil'", raconte François Hollande.

Alors que Poutine s'est dit en septembre prêt à utiliser contre l'Occident "tous les moyens" de son arsenal, y compris nucléaires "si jamais les intérêts nationaux de la Russie sont menacés", François Hollande assure qu'il "bluffe forcément", même s'il faut "toujours prendre au sérieux les risques d'escalade".

Article original publié sur BFMTV.com