Publicité

Poutine salue le « talentueux » Prigojine, malgré les « graves erreurs qu’il a commises »

Vladimir Poutine, ici à Moscou en Russie, le 24 août 2023.
Vladimir Poutine, ici à Moscou en Russie, le 24 août 2023.

RUSSIE - « C’était un homme au destin compliqué, qui a commis de graves erreurs dans sa vie, mais qui obtenait les résultats qu’il fallait ». Vladimir Poutine a salué ce jeudi 24 août la « contribution » à l’offensive en Ukraine du patron de Wagner Evguéni Prigojine, malgré ses « erreurs », et promis de « mener jusqu’au bout » l’enquête sur le crash mortel de son avion.

Le président russe s’exprimait lors d’une réunion retransmise à la télévision, présentant ses « sincères condoléances » aux proches des victimes du crash.

« Il s’agit de personnes qui ont apporté une contribution significative à notre effort commun » en Ukraine, où la Russie mène une offensive militaire depuis février 2022, a poursuivi Vladimir Poutine.

Évoquant l’enquête sur les causes du crash lancée par les autorités russes, le président a promis de la « mener dans son intégralité et d’aboutir à une conclusion ».

Aucune piste pour expliquer le crash

« Nous verrons ce que les enquêteurs diront dans un avenir proche. L’expertise est en cours, une expertise technique et génétique. Cela prendra un certain temps », a encore dit Vladimir Poutine.

Les autorités russes n’ont jusqu’à présent avancé aucune piste pour expliquer le crash mercredi en début de soirée du jet privé qui transportait selon l’aviation civile russe M. Prigojine, son bras droit Dmitri Outkine et d’autres responsables de Wagner.

Rien n’indique qu’un missile sol-air a abattu l’avion transportant le patron du groupe paramilitaire russe Wagner, a affirmé ce jeudi le Pentagone. L’armée américaine ne dispose « d’aucune information indiquant qu’un missile sol-air » était impliqué dans le crash qui a tué Evguéni Prigojine, a déclaré le porte-parole Pat Ryder, qualifiant d’« inexactes » les informations faisant état de l’utilisation d’une telle arme.

L’accident, qui a nourri les spéculations quant à l’assassinat de celui qui était devenu l’ennemi du Kremlin après sa rébellion avortée en juin, a tué les 10 occupants de l’appareil, selon les autorités.

Evguéni Prigojine, que Vladimir Poutine a dit « connaître depuis le début des années 1990 », avait été qualifié de « traître » par le président russe lors de sa mutinerie avortée en juin. Selon le président russe, le patron de Wagner était « rentré d’Afrique » le jour du crash, mercredi.

À voir également sur Le HuffPost :

Mort d’Evguéni Prigojine : Olivier Véran évoque « des doutes raisonnables » sur « les conditions » du crash

Guerre en Ukraine : victoire symbolique de Kiev en Crimée le jour de la fête de l’Indépendance