Vous pouvez mettre fin à vos cauchemars avec une seule note de piano (et c’est la science qui le dit)

Getty Images

Véritables perturbateurs de sommeil, les cauchemars peuvent tourmenter et raccourcir nos nuits. Traiter ces mauvais rêves, qui ne sont autres que des messages créés par la part d'inconscient de notre cerveau sans que nous ne sachions pourquoi, reste un véritable défi. Des scientifiques sont néanmoins parvenus à mettre en place une technique pour diminuer les cauchemars… à l’aide d’un accord de piano.

Comme l’ont rapporté Science Alerte et Slate, ce lundi 31 octobre, il s’agit de la combinaison de deux méthodes non-invasives de manipulation émotionnelle, à savoir la réactivation ciblée de la mémoire (TMR) et la thérapie par répétition d’images (IRT). "Il existe une relation entre les émotions vécues dans les rêves et notre bien-être émotionnel. Nous avons ainsi eu l'idée d'aider les personnes touchées en manipulant leurs ressentis", a expliqué Lampros Perogamvros, psychiatre des Hôpitaux universitaires de Genève et de l'Université de Genève.

Les chercheurs ont mené une étude, publiée ce jeudi 27 octobre dans Current Biology, auprès de trente-six patients souffrant de cauchemars chroniques. Ils leur ont d’abord demandé de réécrire leurs cauchemars les plus fréquents dans une version positive. Pour la moitié d’entre eux, un son associé à une expérience positive, en l’occurrence l’accord de piano C69, a été diffusé durant leur sommeil. Note à laquelle l’autre moitié n’a donc pas été exposée. Tous les patients ont ensuite été rassemblés dans une pièce et se sont allongés avec un bandeau (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Dédier 15 minutes à l’anxiété : le conseil étonnant d’un psychologue pour mieux dormir
Qu’est-ce que la fasciite nécrosante dont a souffert Georgie Henley, l’actrice de Narnia ?
Une start-up anglaise crée un tampon capable de détecter les infections vaginales
Mois sans tabac : les femmes ont plus de mal à arrêter que les hommes, voici pourquoi selon une étude
Travail : plus d'une femme sur deux en parcours de PMA n’ose pas en parler à son employeur, voici pourquoi