PPDA : son accusatrice, Florence Porcel, raconte pourquoi elle a eu une relation consentie avec le présentateur, 4 ans après le viol présumé

·1 min de lecture

Après avoir évoqué les agressions sexuelles dont elle a été victime dans son livre Pandorini, puis avoir porté plainte pour viols contre Patrick Poivre d’Arvor, l’écrivaine Florence Porcel a décidé de sortir du silence dans les colonnes du Parisien. Un mois après le début de l’affaire PPDA, qui a provoqué un véritable séisme dans la sphère médiatique, la jeune femme de 37 ans a accepté de revenir sur ses rencontres successives avec l’ancienne star du journal de 20 Heures de TF1 – qu’elle accuse de l’avoir violée en 2004 et en 2009. Si Patrick Poivre d’Arvor s’était défendu en déclarant qu’il “ne s’était jamais rien passé” avec Florence Porcel, qui aurait selon lui fait “une fixation” sur sa personne, la plaignante livre un glaçant témoignage auprès de nos confrères.

Le 8 novembre 2004, lors de sa toute première rencontre en face à face avec le journaliste de 36 ans son aîné, Florence Porcel aurait subi une première agression. Étudiante à l’époque et victime d’une “emprise psychologique” selon ses propos, elle ne réalise pas la gravité de la situation. “Le déni, c’est quand on sait ce qui s’est passé, mais qu’on ne peut pas se l’avouer sous peine de s’effondrer, donc le cerveau passe en mode survie. Au fond de moi, je sens déjà un sentiment de colère et de malaise. Mais je préfère me dire que j’ai vécu une belle expérience, que je suis amoureuse”, raconte l’écrivaine, qui a compris la réalité des choses après une psychothérapie, quatorze ans après les faits.

Dans cette interview (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite