"PPDA : la chute d'un intouchable" : revoir le portrait glaçant de "Complément d'enquête"

C'est un portrait glaçant de Patrick Poivre d'Arvor qu'a dessiné le numéro inédit de Complément d'enquête diffusé ce jeudi 28 avril. Dans une enquête intitulée PPDA, la chute d'un intouchable, les journalistes de l'émission de France 2 reviennent non seulement sur les dérives déontologiques- sa fausse interview de Fidel Castro entre autres- de l'ex-présentateur vedette de TF1 (avec des témoignages étonnantes de Michèle Cotta et Christine Ockrent), mais dévoilent également de nouveaux témoignages accablants de victimes présumées d'agressions sexuelles et de viols.

"Derrière le journaliste surdoué, l'écrivain romantique, le séducteur invétéré, ce documentaire raconte la face cachée de la vedette de la chaîne la plus puissante d'Europe. Cette investigation s'appuie sur des témoignages et des documents inédits", résumait le communiqué de la chaîne.

On y découvre ainsi Mathilde, alors étudiante en journalisme, qui raconte comment PPDA l'a violée dans son bureau. "Il m'a basculée avec ses mains sur la moquette. Mon corps était là, mais moi, je n'étais plus là. Il a enlevé mon pantalon, il a enlevé son pantalon, et il m'a violée." Quelques jours plus tard, le présentateur l'agressera sexuellement au sein de la rédaction de TF1. "Il est venu près de moi, contre moi, il a déboutonné son pantalon, il m'a attrapée par les cheveux, il a approché mon visage de son sexe. Je me suis débattue, comme une folle. C'était d'une...

Lire la suite


À lire aussi

"Il approche mon visage de son sexe" : de nouveaux témoignages glaçants contre PPDA
"Vous me faites une petite gâterie ?" : les témoignages glaçants de huit femmes contre PPDA
En Colombie, ces vidéos glaçantes alertent sur les violences conjugales pendant le confinement

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles