PPDA porte plainte contre 16 femmes qui l’accusent de harcèlement et violences sexuelles

L’ex-journaliste vedette du 20H de TF1, Patrick Poivre d’Arvor, visé par de nombreuses plaintes pour harcèlement et violences sexuelles, a décidé de porter plainte contre seize plaignantes. Cette décision survient alors qu’une nouvelle plainte à son encontre vient de s’ajouter à la longue liste.

« Depuis de nombreux mois, beaucoup d’accusations qui n’ont aucun fondement sont portées contre Patrick Poivre d’Arvor. Il est temps que ces accusations soient jugées. On ne peut pas accuser faussement et impunément. » Voilà ce qu’a détaillé à franceinfo, mercredi 27 avril, l’avocat de Patrick Poivre d’Arvor, qui confirme avoir déposé mardi une plainte pour « dénonciation calomnieuse » à l’encontre de seize femmes qui accusent l’ancien présentateur du JT de TF1 de harcèlement et de violences sexuelles.

Dans le cadre d’un numéro spécial consacré à l’ex-journaliste star qui sera diffusé ce jeudi 28 avril au soir, l’émission Complément d’enquête sur France 2 a pu se procurer le document de plainte. Dans les pas moins de quarante-trois pages que constituent le dossier en question, Patrick Poivre-d’Arvor y fustige « un retour du puritanisme et de la censure, habilement parés de la prétendue protection des femmes ». « Depuis l’emballement généré par la déferlante #MeToo, la libération de la parole des femmes connaît malheureusement son lot d’excès et de dérives, et les moyens mis en œuvre pour servir cet objectif légitime peuvent s’avérer pervers et dévastateurs », explique-t-il.

« C’est une procédure de plus pour nous faire taire »

Dans sa plainte, Patrick Poivre d’Arvor s’en est pris avec violence aux seize plaignantes qui l’accusent le harcèlement ou d’agressions...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles