Publicité

Près d’un tiers des Français croient aux OVNI, selon une étude, en faites-vous partie ?

Il y a quelques semaines, de mystérieux engins survolaient les États-Unis. Dans l’esprit des Américain·es, l’idée d’OVNI et d’arrivée sur Terre d’extraterrestres a pris du galon. En réalité, il ne s'agissait "que" de ballons de surveillance chinois. Mais force est de constater que les croyances ont la peau dure : 43 % des Américain·es croient fermement en la possibilité qu’une autre forme de vie puisse choisir de sillonner nos cieux. En France en revanche, nous sommes 28 % à partager cette idée. C’est ce que révèle une étude récente menée par l’IFOP afin de déterminer les croyances, en matière de vie extraterrestre, des Américain·es et des Français·es. Un sondage dont le magazine Biba se fait l’écho. Nous sommes donc moins nombreux qu’outre-Atlantique à croire en la possibilité de voir un jour une véritable soucoupe volante descendre lentement sur la surface de la Terre.

Mais nous ne sommes tout de même pas en reste au niveau des croyances. Près d’un quart des Français·es est très sensible à l’idée que les fantômes sont parmi nous. Évidemment, on ne parle pas là des visions presque comiques des spectres que la pop culture nous transmet depuis plusieurs décennies. Il s’agit plutôt là d’une présence, d’un esprit qui resterait présent parmi les vivants après la mort de son enveloppe corporelle. Aux États-Unis, cette croyance est partagée par 46 % des interrogé·es.

Sorcières, démons, tables tournantes, diable, réincarnation, miracles... nous sommes bien moins nombreux·ses à croire (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Règles, MST... Une loi pourrait bientôt empêcher les jeunes filles de parler de santé sexuelle en Floride
Travail : ces 4 types de compétences seront les plus recherchées par les recruteurs en 2025
Travail : 8 red flags qui devraient vous alerter pendant un entretien d’embauche
"On n'a plus le droit d'être moche" : la chirurgie esthétique, nouvelle addiction inquiétante des moins de 35 ans
Saint-Ouen devient la première ville à mettre en place un congé menstruel pour ses employées