Près de la moitié des femmes arrêtent de courir en hiver à cause du sentiment d'insécurité

NoSystem images

Le froid qui s’installe, la nuit qui tombe plus tôt, la dépression saisonnière qui pointe le bout de son nez… Selon une étude réalisée par Sports Direct, une boutique en ligne anglaise spécialisée dans la vente d'articles de sport, les femmes seraient particulièrement nombreuses à arrêter de courir en hiver. Et si le manque de motivation et l’appel de la raclette peuvent remplacer l’envie d’un summer body, cette étude révèle que le froid et la nuit ne sont pas les seules raisons qui poussent les femmes à arrêter le sport.

Si le froid peut nous pousser à rester sous un plaid plutôt qu’à enfiler nos baskets, cette étude révèle que les joggeur·euses trouvent compliqué de courir la nuit en hiver à cause des routes mal éclairées. Les hommes sont 56 % à ne pas courir pour cette raison tandis que les femmes sont 71 %. Parmi les sondées, 44 % des femmes expliquent qu’elles préfèrent ne pas courir en hiver parce qu’elles ne se sentent pas en sécurité dans l’espace public.

Sur le même sujet ⋙ Un "baromètre du harcèlement de rue", fausse bonne idée ? Les associations réagissent"Quivive-app", une application mobile pour lutter contre les agressions et le harcèlement de rue

Au Royaume-Uni, Sports Direct s’est associé avec Beat The Quit afin d’aider les sportif·ves à rester motivé·es, en indiquant les routes les mieux éclairées afin d’aider les femmes à se sentir en sécurité pendant leur footing. Femina rappelle l’initiative This Girl Can, lancé en 2015 par la britannique Kate Dale, qui visait (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Japon : la mairie de Tokyo vient de délivrer ses premiers certificats d’union pour les couples de même sexe
Se dire "féminine" serait socialement dévalorisant pour les femmes selon une étude de l'Ined
Royaume-Uni : une "boîte à outils" antisexisme pour les garçons lancée dans les écoles de Londres
Qu'est-ce que la méthode des 5-D pour lutter contre le harcèlement de rue ?
"Commence à t’aimer", la lettre inspirante de Samira Wiley à la petite fille qu’elle était