Prématurité : "Sept jours sans avoir son enfant contre soi, c’est un supplice"

Plus de 50.000 enfants naissent prématurément chaque année en France, selon l’Inserm. On parle de prématurité lorsqu’un enfant naît avant 37 semaines d’aménorrhée (SA), soit à 8 mois et demi de grossesse.

Il existe cependant plusieurs niveaux : la prématurité moyenne, qui correspond aux naissances entre le 7e et le 8e mois de grossesse, la grande prématurité, qui fait référence aux naissances entre le 6e et le 7e mois de grossesse et la très grande prématurité, qui correspond aux naissances avant le 6e mois de grossesse.

La fille d’Héloïse des Monstiers est une grande prématurée : elle est née trois mois avant le terme.

Tout commence juste après Noël, alors qu’Héloïse est enceinte de six mois. Elle se réveille avec des maux de ventre et des saignements. Paniquée, elle appelle l’hôpital le plus proche, qui se situe néanmoins à une heure de route, mais l’infirmière lui dit de se reposer. "Les coups baissent pendant un très court moment et reprennent à plus vive allure", raconte-t-elle.

Sa mère, qui a elle-même eu trois enfants, lui explique alors qu’elle est en train d’accoucher. "Mon cerveau n’est absolument pas prêt (…) Pour moi, il me reste un trimestre entier", explique-t-elle. A ce moment-là, la plus grande peur d’Héloïse est de perdre son bébé.

Lorsqu’elle accouche, Héloïse ne voit pas sa fille : cette dernière est transférée dans un hôpital spécialisé. "Je me demande même si mon cerveau me joue des tours, je me demande même si ce bébé est vivant donc j’ai assez peu d’espoir", (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles