“Votre prénom est une insulte à la France” : Hapsatou Sy remporte son procès en première instance contre Éric Zemmour

Foc Kan

La séquence avait tourné en boucle sur toutes les télévisions. En septembre 2018, sur le plateau de l’émission de Thierry Ardisson, Éric Zemmour avait alors estimé qu’Hapsatou Sy, alors chroniqueuse du programme, aurait dû s’appeler “Corinne”. Dans une séquence coupée au montage, mais dévoilée a posteriori, Hapsatou Sy rétorquait : “Ce que vous venez de dire est une insulte à la France.” Le polémiste d’extrême droite avait alors répondu : “Mademoiselle, c’est votre prénom qui est une insulte à la France.” Ce face-à-face qui avait beaucoup choqué a fait l’objet d’un procès contre Éric Zemmour pour “injure à caractère raciste”. Ce 12 janvier, rapporte Libération, le tribunal judiciaire de Paris l’a reconnu coupable et condamné à 4 000 € d’amende.

Le tribunal a estimé que les propos de l’ex-candidat à la présidence étaient “outrageants”. “Ils signifient que son prénom, élément de sa personnalité […] serait l’expression d’une marque d’irrespect, de mépris envers la France et porterait atteinte à sa dignité”, souligne la justice. Éric Zemmour, également condamné à verser 3 000 € de dommages et intérêts à l’ex-chroniqueuse de Canal +, a fait appel de la décision. Son avocat estime qu’elle “n’a pas de sens juridique”. L’histoire n’est donc pas complètement terminée puisqu’un autre procès devra avoir lieu pour réexaminer les faits.

Mais Hapsatou Sy n’a pas attendu pour se réjouir. Dans un tweet, elle s’est dite fière “d’avoir tenu bon pendant toutes ces années et d’avoir pu faire condamner (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

États-Unis : les élues de la Chambre des représentants du Missouri désormais obligées de se couvrir davantage
Ce secteur professionnel est le plus touché par le harcèlement, selon une étude
Décès suite à des stages de jeûne : un naturopathe mis en examen pour homicide involontaire et abus de faiblesse
Fake news : près de 70 % des 18-24 ans adhèrent aux théories du complot selon une enquête de l'Ifop
Voici pourquoi les femmes sont plus pénalisées que les hommes en période de télétravail