La présidente de l’assemblée ne veut pas « exercer la police vestimentaire »

© Jacques Witt/SIPA

La présidente de l'Assemblée nationale Yaël Braun-Pivet (Renaissance, ex-LREM) a rappelé lundi que les députés doivent porter une tenue « correcte » mais elle refuse « d'exercer une police vestimentaire » malgré le débat du moment sur le port de la cravate.

« On ne peut pas venir habiller comme on veut (à l'Assemblée), le règlement de l'Assemblée Nationale prévoit une tenue de ville », a-t-elle rappelé sur France 2. « Vous ne vous appartenez plus quand vous rentrez à l'Assemblée nationale et dans l'hémicycle, vous êtes un élu de la nation, vous représentez les Français, donc vous devez toujours imaginer que les Français doivent être fiers de vous », a-t-elle argumenté.

Lire aussi >> Emmanuel Macron : la chute du premier de la classe

« Je ne suis pas là pour exercer la police vestimentaire à l'Assemblée, je fais confiance aux parlementaires », a cependant précisé la présidente de l'Assemblée. « Ils exercent une éminente fonction et donc ils doivent être en capacité eux-mêmes de juger si la tenue qu'ils portent est cette fameuse tenue de ville, si c'est une tenue correcte, si c'est une tenue digne pour exercer ce mandat », a-t-elle souligné.

« L'habit ne fait pas le député »

Le débat sur l'ambiance électrique à l'Assemblée a viré ces derniers jours à la chronique vestimentaire après que le président de la région Paca Renaud Muselier a critiqué jeudi le comportement des députés de la Nupes à l'Assemblée, une « gauche sale, débraillée, qui crie partout » selon lui.

Dans la foulée, le député LR et questeur Eric Ciotti a réclamé « l'obligation du port de la cravate » dans l'hémicycle. « L'habit ne fait pas le député », lui a répondu vendredi le groupe des...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles