Présidentielle : vous ne le savez pas mais nous sommes en pleine théorie de la dinde

·1 min de lecture

D’après cette théorie, véhiculée dans les QG politiques, le repas de Noël serait un moment charnière dans le choix des électeurs.

Pécresse, Zemmour, Macron, Hidalgo, Le Pen et les autres s’inviteront-ils dans les discussions du Réveillon ? Comme le foie gras ou le saumon fumé, la théorie de la dinde revient chaque année le 24 décembre. Cette idée selon laquelle le repas de Noël serait un moment majeur dans les décisions de vote des électeurs. Et cette année plus que jamais car nous sommes à quatre mois du scrutin présidentiel.

Lire aussi >> Témoignages : les pires phrases dites à un repas de Noël

Certains politiques espèrent bien truster la première place dans les conversations. « Il faut que les discussions du repas de Noël des Français tournent autour de notre ­candidat », déclarait Christian Jacob, le patron du parti des Républicains dans une interview au « Journal du Dimanche », évoquant la nécessité de trouver leur candidat avant cette date qu’il considère comme fatidique. Côté marcheurs, on s’empare de cette théorie en proposant aux sympathisants un « Bingo de noël » numérique : une sorte de boîte à outils clefs en main pour défendre le bilan d’Emmanuel Macron avec des éléments de langage bien précis. Mais, être au cœur des discussions lors du repas de Noël a-t-il réellement un impact sur la décision des électeurs ?

Un intérêt pour la présidentielle moins fort qu’en 2016

« C’est un mythe, assure Frédéric Dabi, le directeur général de l’Ifop à « La Croix ». Certes, à quelques mois du premier tour, la période des fêtes...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles