Publicité

“Me prêter des relations que je n'ai pas, c'est du pur fantasme” : innocenté de viol, Luc Besson prend la parole pour la première fois

En juin dernier, la justice a tranché dans l’affaire Besson. Le cinéaste était en effet accusé de viol par l'actrice Sand Van Roy. Après cinq années de procédure judiciaire, le réalisateur du “Grand bleu” vient d'être déclaré non coupable par la justice française. Une procédure qui mettait alors "un terme définitif à cette procédure initiée en 2018, durant laquelle Luc Besson a été systématiquement innocenté", s'était félicité l’avocat du cinéaste, Me Thierry Marembert.

Discret dans les médias ces dernières années, l’ex de Maïwenn s’est confié à nos confrères de Paris Match. S’il s’est dit “sidéré” la première fois qu’il a entendu les accusations, Luc Besson explique : “L'enquête a duré cinq ans, il y a eu 31 auditions de témoins, des experts toxicologiques, psychiatriques, psychologiques, et près de deux mille pages de dossier. La justice a fait son travail et m'a déclaré quatre fois non-coupable, l'affaire est close".

Soulagé, le papa de cinq enfants aimerait faire taire les mauvaises langues qui estiment que le dossier manquait de preuves. Il témoigne : “J'ai entendu certains dire : 'il n'y avait pas assez de preuves !' Mais bien au contraire, la justice a recueilli des dizaines de preuves de mon innocence. Pas la peine de crier au complot, de me prêter des relations que je n'ai pas, c'est du pur fantasme”.

Luc Besson, qui est en thérapie depuis cinq ans, confie qu’il a “compris que même si l'on est convaincu d'avoir les pieds sur terre, on ne les a jamais vraiment."

Si cette affaire l’a beaucoup affecté, il n’en n’oublie pas son épouse, Virginie Besson-Silla, qui a souffert d’avoir été “humiliée et insultée publiquement”. “La vraie victime, c’est elle”, déplore-t-il.

Celui qui sera présent cette semaine à la Mostra de Venise pour présenter son dernier film “Dog Man”, n’est pas amer et souhaite soutenir le mouvement #MeeToo et déclare que “les agressions envers les femmes, quelles qu'en soient la nature ou la forme, sont odieuses et inacceptables”.

... Lire la suite sur Télé 7 Jours

A lire aussi