Prêtre rennais accusé de viol : les fidèles sous le choc

© Getty Images

Entre douleur et sidération, quelque 200 fidèles de la paroisse du prêtre écroué à Paris pour viol aggravé sur un adolescent, ont assisté dimanche à la messe. L’archevêque de Rennes a évoqué « sa confiance trahie ».

Alors que la brume commence à se disperser dimanche matin à Montfort-sur-Meu, en Ille-et-Vilaine, les paroissiens se rassemblent en silence, visages fermés et yeux rougis, dans l’église où officiait le père Yannick Poligné. Ils sont rares à accepter de répondre aux quelques journalistes présents. « Ça me fait trop mal », « Je ne souhaite pas m’exprimer, je suis désolée », glissent deux femmes interrogées, le pas pressé.

Une semaine après la mise en examen du curé de la paroisse Saint-Louis-Marie en Brocéliance pour viol aggravé sur un adolescent de 15 ans, certains s’arrêtent pour exprimer le « choc » de la nouvelle, alors que l’Église est à nouveau secouée par des affaires de violences sexuelles.

Peu avant qu’éclate l’affaire du père Poligné, le cardinal Jean-Pierre Ricard avait révélé avoir eu une conduite « répréhensible avec une jeune fille de 14 ans », lorsqu’il était curé à Marseille, il y a 35 ans.

« Coup de massue »

Les accusations qui pèsent sur le curé Poligné sont particulièrement lourdes : viol sur mineur, avec usage de stupéfiants. « Il y a beaucoup de circonstances aggravantes », reconnaît Denise, 68 ans, qui pense que le père Poligné « était malade, qu’il y a des blessures ».

Le prêtre de 52 ans et la victime avaient fait connaissance sur une application de rencontres et s’étaient donné rendez-vous dans la capitale. Les faits, contestés par le religieux qui a évoqué une relation...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi